Quelle serait votre réaction si vous deviez recevoir pour un test d’écoute et d’évaluation une version mise à jour d’un très ancien modèle d’enceinte ? D’un côté, vous seriez curieux, car comment un tel modèle d’enceinte parvient-il à “survivre” pendant plus de 60 ans ? Et d’un autre côté, vous vous demanderiez comment un design aussi vintage trouverait sa place parmi la technologie moderne. Les enceintes Klipsch Heresy IV ne laissent pas de m’intriguer… Même si le « vintage » est à la mode, un tel look rétro ne peut  que surprendre pour un modèle actuel censé s’installer dans un salon d’aujourd’hui. J’avoue que j’ai passé un petit temps à les regarder en faisant sans doute une drôle de tête… La madeleine de Proust a joué, me faisant revivre les dimanches chez mes grands-parents, il y a longtemps, longtemps… Et puis, je me suis mis tout doucement à apprécier leur forme carrée avec ce tissu vieillot mais chaleureux. Je me décide enfin à découvrir ce qu’elles peuvent m’apporter musicalement parlant.

Klipsch

Quand je pense à Klipsch, je vois des colonnes élégantes, généralement dans une version noire avec un accent jaune, or ou marron. Je me rappelle également différentes démonstrations durant lesquelles le haut rendement de la marque américaine, aussi bien pour la musique que pour le home cinéma, bluffait toute l’assistance. Le plus impressionnant est toujours d’écouter des Klipsch dégager des pressions sonores de 100 dB et plus alors que le bouton de volume de l’ampli est presque au minimum. Pour les passionnés de son, l’histoire de Klipsch se résume à deux qualités : force et présence.

Cependant, il nous semblait que la marque se faisait un peu rare, probablement parce qu’elle recherchait son caractère distinctif, et comment se repositionner sur un marché pléthorique. Ce n’est que tout récemment, lors d’une visite très agréable chez Alain Michiels, le propriétaire de l’importateur Audioscape, que nous avons découvert les nouveaux produits concoctés par Klipsch. Des produits modernes et plutôt amusants avec leur clin d’œil au passé. Un habit rétro pour une technologie moderne. Un hommage à Paul W. Klipsch qui s’est rendu célèbre avec ses impressionnantes enceintes Klipschorn qu’il a passé sa vie à constamment réinventer. Fruit de son premier brevet déposé en 1945, ces monuments sont increvables et en remontrent aujourd’hui encore aux enceintes modernes avec leur restitution grandeur nature de la musique. 

En effet, même si beaucoup de choses se sont passées entre 1945 et aujourd’hui, les produits Klipsch sont devenus légendaires et une légende ne meurt pas. Ils ont réellement leur place dans la vie moderne, déjà avec les matériaux utilisés, comme le « vrai » bois, vivant et chaleureux, qui a fait sa réapparition dans le monde du design. Ensuite, par des mises à jour constantes, avec leur flexibilité et leur compatibilité avec les nouvelles technologies. En cela, ils ne peuvent que rivaliser avec les produits hi-fi d’aujourd’hui.

klipsch

La nouvelle série Heritage rend hommage aux premiers modèles de la marque, développés au sortir de la seconde guerre mondiale, il y a tout juste 75 ans. Cette nouvelle série déjà bien fournie semble regarder le passé mais en se reposant sur des technologies résolument modernes. Chez Klipsch, on ne s’endort pas sur le passé, on s’y appuie pour aller de l’avant. Le voyage technologique avait commencé avec des noms devenus célèbres : Klipschorn, La Scala, la Forte, Cornwall et Heresy, et continue aujourd’hui. Le modèle Heresy peut être considéré comme petit, quand on le compare aux autres. Mais il concentre en lui toute la maturité des grands modèles. Le « petit » de la famille est ludique, pas trop gourmand en espace, mais agréablement présent avec un caractère distinctement fin.

I, II, III, … Heresy IV

Bruxelles, Expo 58. L’une des nouvelles enceintes présentes, vous l’aurez deviné…, était le modèle Heresy de Klipsch. Paul W. Klipsch avait passé des années à étudier un petit format pouvant être placé dans n’importe quel salon. Une quête difficile car la philosophie Klipsch, c’est-à-dire le caractère “live” de la reproduction musicale, devait être préservée. Convaincu du bien fondé de sa philosophie avec le succès du modèle Klipschorn, Klipsch a investi toute son énergie dans le développement d’une “petite” enceinte qui devait être non seulement accessible à tous, mais surtout ne devait pas trahir sa philosophie. 

63 ans après leur lancement et 62 ans après leur présentation à l’exposition universelle de Bruxelles, des Heresy s’invitent dans ma salle d’écoute. Un design légendaire toujours d’actualité. Pas les originales, bien sûr. La version mise à jour : Heresy IV. Elles viennent remplacer la version précédente, Heresy III. Celle-ci s’était vue améliorée en 2006 par un puissant woofer, une connexion biwiring, une nouvelle chambre de compression pour le médium et un diaphragme en titane. Les Heresy IV comprennent un nouveau haut-parleur de médium chargé par une chambre de compression K-702 avec un diaphragme en polyamide pour des détails et une dynamique exceptionnels. La diffusion à partir de ce haut-parleur se fait via un pavillon Tractrix® K-704. L’image sonore se voit élargie et les médiums s’intègrent de manière plus harmonieuse dans l’ensemble du spectre sonore.

Le tweeter avec dôme en titane K-107-TI bénéficie d’un tout nouvel élément de correction de phase qui assure une répartition des fréquences exceptionnellement uniforme sur toute la zone d’écoute. Le point focal, à l’écoute, est extrêmement précis. Ce tweeter est également chargé par une chambre de compression et la diffusion des aigus est assurée par un pavillon Tractrix®. Rappelons que Klipsch utilise depuis le début de sa fondation la technologie des pavillons acoustiques pour augmenter le rendement des haut-parleurs.

Le filtre trois voies est entièrement repensé. En utilisant des composants électroniques encore meilleurs et plus récents dans ce nouveau filtre, les ingénieurs américains ont minimisé la perte électrique, malgré la solution de pentes raides adoptée pour les fréquences de coupure. Moins de perte signifie une reproduction plus correcte et plus efficace pour que l’écoute de la musique devienne encore plus réaliste. Ce nouveau filtre est très proche de ceux utilisés dans les prestigieuses enceintes Klipschorn, La Scala et Cornwall. 

Évent Tractrix®

Klipsch Heresy IVLa grande innovation pour les Heresy IV réside dans l’ajout d’un évent de décompression situé à la base arrière de l’enceinte. La réponse en fréquence s’étend ainsi jusqu’à 10 Hz, une valeur incroyable si l’on tient compte de la taille de l’enceinte. Cet évent est conçu selon la technologie Tractrix qui permet un écoulement des flux d’air plus rapide et efficace. Une attention particulière a été accordée à la suppression autant que possible des bruits parasites d’écoulement d’air, de manière à garder un maximum de pureté dans les fréquences graves.

Bi-amping

Le raccordement de chaque enceinte à l’amplificateur se fait via quatre borniers à vis de qualité, montés sur une plaquette en métal, et permettant d’insérer du fil nu de bonne épaisseur, ou des fiches banane. Klipsch a donc prévu un raccordement soit en bi-câblage, soit en bi-amplification. En interne, ce n’est rien moins que de l’excellent câble Audioquest Type 4 qui est utilisé pour envoyer en toute transparence le signal de l’amplificateur vers le filtre et ensuite du filtre vers chaque haut-parleur.

Haut rendement

D’origine, les enceintes Klipsch Heresy sont conçues pour être placées au sol, montées chacune sur un socle qui incline le baffle avant vers le haut. Ce genre de placement prévu par Klipsch est assez unique et en raison des dimensions relativement petites (comparées aux autres enceintes Heritage !), vous disposez d’une grande flexibilité pour placer les enceintes dans votre salle d’écoute. Vous pouvez également retirer le socle pour installer les enceintes sur un support différent. Facilité d’installation, taille (relativement) réduite, haut rendement, son caractérisé par une présence impressionnante, voilà ce que promettent les Heresy IV.

Klipsch Heresy IV

L’écoute

Une fois les Heresy IV installées dans mon salon, j’ai recherché le meilleur positionnement des enceintes par rapport aux murs et à la zone d’écoute. Dans mon environnement acoustique, c’est à environ 40cm du mur arrière et en les tournant légèrement vers le centre que j’ai obtenu le résultat correspondant le plus à mes attentes. N’ayant actuellement pas de câblage Audioquest à ma disposition, j’ai utilisé du Supra pour relier les Heresy à l’amplificateur à tubes Roma 96DC du fabricant italien Synthesis. Cet amplificateur utilise des tubes EL34 en configuration pentode et délivre une puissance de 2 x 25W en classe A. L’idéal pour tester le rendement des Heresy. Un autre modèle de Synthesis, le Roma 54 DC est un amplificateur à transistors en classe D délivrant 100W sous 8 Ohms et 170 W sous 4 Ohms. Bienvenu pour étudier le comportement des Klipsch avec une forte puissance en amont. Comme sources, un lecteur streamer Bluesound haute résolution et un tourne-disque Technics SL1200G. Bref, un très bel équipement pour apprécier toutes les qualités des Klipsch Heresy IV lors de ce test. 

Les enceintes Klipsch Heresy IV affichent un caractère polyvalent. Je n’arrive pas à décider si je les préfère avec des lampes ou avec des transistors, mais dans les deux cas, elles jouent avec du caractère. Dans le premier cas, vous percevez nettement le caractère plus « chaleureux » des tubes, avec un léger effet de masque de certains détails tout en produisant un son toujours agréable et ample. Avec l’amplification à transistors, les Heresy affichent un tempérament totalement différent. On joue ici le détail avec une précision de l’image sonore à laquelle je ne m’attendais pas étant donné l’apparence austère des petites Heresy qui avait certainement a priori influencé mon pressentiment subjectif.

Klipsch Heresy IV

Dans les deux cas, c’est la claque : le son direct, puissant, violent parfois témoigne du caractère de haut rendement. La présence est remarquable, la reproduction musicale est palpable, fraîche et ne reste jamais confinée dans les enceintes. L’image sonore se déploie largement devant l’auditeur, légèrement en avant, comme si vous étiez placé tout proche de la scène.  Cela m’a pris un certain temps pour m’y habituer, car mes enceintes précédentes tiraient toujours l’image sonore vers l’arrière. Là où ces dernières créent plutôt une distance entre l’auditeur et les musiciens, les Heresy créent une symbiose totale entre la musique et vous. Et cette union vous rend heureux.

Les Klipsch Heresy IV se sentent à l’aise avec toutes les musiques. Son apparence vintage me les renvoie plutôt au Rock classique des années 70 et 80. La musique des Deep Purple, Supertramp, Pink Floyd, Dire Straits et même U2 semble avoir été composée spécialement pour les Klipsch. Mais cela ne s’arrête pas là: Pop et Electro sont de la même trempe. Lancez les basses du morceau Singularity de Jon Hopkins et vous sautez sur place, même avec l’amplification à tubes moins puissante. L’image sonore très ouverte, légèrement projetée, dévoile  immédiatement beaucoup de détails, sans être trop analytique ou trop froide, au contraire : avec beaucoup de raffinement. La reproduction analytique de certaines enceintes a souvent tendance à subjectivement écraser l’émotion musicale. Rien de cela avec les Klipsch : fruit d’une conception acoustique réussie et intemporelle et de mises à jour de haute qualité, elles affichent une reproduction sonore très musicale et pétante de santé. Le grand haut-parleur de basses en combinaison avec le nouvel évent parfaitement ajusté n’est pas étranger à la fondation de cette construction musicale réussie. Ça sonne solide, ça sonne musical, ça sonne présent. Exactement comme je veux l’entendre. Et je ne m’en lasse pas.

La sensation de présence est caractéristique des enceintes Klipsch. En écoutant un enregistrement ‘live’ de jazz ou de blues, vous découvrez une autre qualité des Heresy. La musicalité des instruments acoustiques vous pénètre au plus profond et vous enveloppe dans une atmosphère réaliste de club au petit matin. La sensation est telle que vous vous laissez prendre à vouloir commander un autre cocktail maison au barman…

Donc : une enceinte taillée sur mesure pour la musique moderne ? Oh que non ! Grosse surprise: la musique classique. Un talent caché des Heresy. Avec un orchestre symphonique, j’ai eu droit à du timbre, de la dynamique, un étalement des plans en largeur et en profondeur (contrairement à ce que laissait présager la mise en avant de la scène sonore), à de l’ouverture, à une myriade d’infimes détails… La mise en avant me faisait ressentir l’énergie et l’intensité fournies par les différents pupitres.  Contrairement à beaucoup d’enceintes qui « retiennent » pudiquement les musiciens au fond de la scène, les Klipsch leur laissent toute la faculté d’exprimer leur musicalité. 

Conclusion

Si vous êtes amateur de musique (de toutes les musiques) dans le sens le plus large du terme, si vous désirez frissonner en ressentant l’émotion musicale au plus profond de vous, si vous êtes adepte de la musique vivante et appréciez les concerts ‘live’, et si vous êtes prêt à faire ce qu’il faut pour combler vos désirs, alors les Klipsch Heresy IV sont probablement faits pour vous. Vous aurez la garantie d’un modèle créé il y a plus de 60 ans et qui, contre vents et marées de la modernité, tiennent toujours la dragée haute à pas mal de produits actuels. Leur design peut a priori se discuter. Mais la finition est d’une telle qualité que l’on se prend vite à les aimer. La technologie embarquée, totalement mature avec ses décennies d’expérience et de savoir-faire, en font une valeur sûre justifiant largement le prix de 3.800 € la paire. Certes, c’est une somme élevée. Mais franchement, avez-vous déjà calculé ce que vous coûtent vos vacances pour 15 jours ? Ici, vous vous offrez des vacances pour la vie, 365 jours par an. Qui plus est, les aléas de la vie étant ce qu’ils sont, si vous deviez les revendre,  la cote de ces enceintes légendaires sur le marché de seconde main est élevée, et on trouve toujours preneur.  Vous l’aurez compris : je suis complètement fan…

Spécifications: 

  • Bande passante: 48 Hz – 20 kHz +/-4 db
  • Sensibilité: 99 db @ 2.83V / 1m
  • Puissance admissible (continu/crête): 100 Watt / 400 Watt
  • Maximum SPL: 116 dB continu
  • Impédance nominale: 8 Ohm
  • Fréquences de coupure: hf = 4500 Hz, mf = 850 Hz
  • Haut-parleur aigu: K-107-TI 1” (2,54cm) dôme titane, chambre de compression
  • Haut-parleur médium: K-702 1.75” (4,45cm) dôme polyamide, chambre de compression
  • Haut-parleur de graves: K-28-e 12” (30,48cm) cône en fibre composite
  • Matériau du coffret: MDF avec placage vrai bois
  • Entrées: double bornier / bi-wire / bi-amp
  • Dimensions: 39,37 x 33,66 x 63,01cm (l x p x h)
  • Poids: 20,41 kg

Klipsch Heresy IV

9.1

Prestations

9.0/10

Fonctionalités

9.5/10

Rapport prix/qualité

8.5/10

Qualité de fabrication

9.0/10

Design

9.5/10

Pros

  • Polyvalent et passe-partout, se marie avec tout amplificateur
  • Convient à tous les styles de musique
  • Technologie moderne pour mettre en valeur un concept légendaire
  • Look attachant (c’est subjectif, mais j’aime bien)
  • Reproduction musicale vivante invitant l’auditeur pour un somptueux voyage musical

Cons

  • Look rétro pouvant rebuter certaines personnes (les goûts et les couleurs…)
Points de vente de la marque klipsch